Les délices de l'ombre
Gisèle Hountondji
 Chronique (2002) 

Les hommes nous ont tellement habituées à vivre dans leur ombre que la tâche devient aujourd'hui difficile de sortir de l'ombre. Le fait de devoir s'appeler Mme X et de porter le tchador en est un illustration éloquente; madame X, à mon avis, cela veut dire l'appendice de X. Pourquoi ne pas être soi-même et devoir être forcément l'appendice de quelqu'un ? Mais c'est si sécurisant, si rassurant, si agréable d'être l'ombre et dans l'ombre du grand baobab protecteur que représente 1e mari ... En effet, quel homme censé, ayant sa tête sur les épaules et le pieds bien sur terre, aimerait voir sa chère et tendre épouse exposée à de insultes, aux violences politiques, etc. Elles sont si fragiles, si vulnérables, ces petites poupées délicates ... Ne vous étonnez alors pas que le béninoises ne sortent pas massivement intégrer les partis politiques et se faire élire dans les municipalités, à l'appel du Gpifed et de l'U.S.A.I.D Nous sommes si conditionnées que, déjà prendre la parole en public est un exploit et à plus forte raison faire un discours. Peut-être les femmes auraient-elles voulu prendre la parole sans se faire voir, sans être vues. Chez nombre d'entre elles, le manteau de la timidité est tout simplement impossible. A l'heure où certaines appellent encore leur mari « fofo » , et où des députés polygames interdisent à leurs épouses de sortir ... L'ombre est toujours là qui plane ... pour garder et maintenir 1a femme dans l'ombre.

Lettrées ou non, jaunes, blanches, ou noires, notre lot semble le même. Le 31 Avril dernier, au Centre WANAD, l'Association pour le Développement de l'Education en Afrique attribuait un prix à Mme Rose AKAKPO pour son article: « Revalorisation de la Fonction Enseignante au Bénin ». C'est à peine si elle était « visible ». Pour peu, on eût dit qu'elle se cachait, ou qu'elle avait honte d'obtenir un prix. Pas de sourire, pas d'enthousiasme, pas de déclaration. Afin de la tirer un peu de sa torpeur, je décidai d'aller la présenter à la dame asiatique dont ce prix portait le nom : « Prix Thanh-Hoa ». C'est alors que cette dernière me répondit presqu'aussi discrètement: « Oh, oh, c'est trop d'honneur ! Allez voir le Président ! Moi, je n'aime pas qu'on me présente: je préfère le travail de l'ombre, je me sens plus à l'aise ainsi, etc. ». Que penser de cette femme qui, en vérité, abat un travail de fourmi au sein de l'A.D.E.A ? Donner son nom à ce prix n'est que justice car elle le mérite mieux que quiconque. Seulement voila, elle aussi préfère l'ombre, tout comme la lauréate, hélas.

Un jour de janvier, à la télé, le Président SOGLO recevait, comme à la fin de chaque année, les paysannes et paysans les plus méritants du pays. Au cours de la cérémonie, ils devaient se lever à tour de rôle et aller recevoir des mains du Chef de l'Etat, étrennes et félicitations. Alors que tous les hommes se levaient gaillardement et allaient serrer la main du Chef de l'Etat, puis prendre leur cadeau, les femmes, elles, se levaient timidement ; j'en avais vu une qui à peine osait le regarder droit dans les yeux pendant qu'il lui serrait la main et lui tendait le paquet. Une autre faisait un génuflexion en signe de soumission et une autre regardait carrément ailleurs tout en se prosternant. Je n'ai pas vu un seul homme se prosterner ni regarder ailleurs. Cette attitude des femmes en dit long sur les relations hommes-femmes au sein de nos sociétés et sur les mentalités SOGLO en effet est non seulement homme mais aussi Chef ! Comment une paysanne pourrait-elle le regarder droit dans les yeux, ne fut-ce sur sa propre demande ?

Dans ces conditions, comment sortir massivement, prendre d'assaut les municipalités, présenter un compte-rendu devant un Conseil d'Administration, ou répondre à des attaques en public ?

Et puis c'est si confortable de vivre à l'ombre et dans l'ombre, synonyme de protection ; au cours du mariage, l'homme est censé assurer protection à sa femme, et celle-ci fidélité en échange. La protéger contre les tentations malsaines, surtout, et la soustraire au regard indiscret des jaloux et des envieux, d'où l'invention du tchador afghan. Etre femme publique devient alors une véritable paire de manches. Les femmes n'aiment pas participer à des réunions syndicales, des formations à l'extérieur, à Bruxelles, etc. Comment alors s'armer pour l'avenir ? Et comme dit le sieur Vincent FOLY dans son éditorial du Quotidien "La Nouvelle Tribune" du Jeudi 20 Juin 2002, si l'égalité entre l'homme et la femme est mathématiquement impossible, pourquoi alors aller s'exposer aux coups, aux diatribes, aux querelles inutiles pour qu'en définitive, les hommes tirent les marrons du feu ? Militer dans un parti politique où les réunions se terminent à deux heures du matin. Monsieur attendra gentiment au lit. Les enfants aussi. Militer sans aucune chance de devenir un jour députée ou maire et se cantonner au rôle de distributrice de sandwichs ou d'hôtesse d'accueil en costume-tailleur. D'ailleurs « femme en vue » n'est jamais bien vue dans nos sociétés aux coutumes rétrogrades, et Mme Marie-Elise GBEDO fait bien de souligner l'aspect rétrograde de la chose. Rétrograde ! N'est-ce pas ce qui nous vaut la situation catastrophique que nous vivons aujourd'hui ? La RB, chreview parti gagnant en 1996 et en 2001 n'a jamais pu arriver à destination et pour cause, on reproche à Mme Rosine SOGLO de ne pas savoir vivre dans l'ombre de son mari ... On serait même allé lui demander de se prosterner devant Papa Nicéphore à Abomey ! Heureusement elle l'a compris et s'est beaucoup amusée en le faisant. Nous autres, observatrices attentives, nous savions bien que c'était de la comédie, car non seulement dame Rosine ne vit pas dans l'ombre de son mari, mais parfois elle prend carrément les devants : elle attrape le gouvernail, ce qui n'est pas pour plaire à « nos machos de la société rétrograde ». On dit d'elle qu'elle est dictatoriale et que son attitude ruine la santé du Parti ! Allez y comprendre quelque chose.

Eberlués, ceux qui se demandaient : « Depuis quand a-t-on vu femme amazone diriger des machos en pays fon ? », n'en revenaient pas. Les coutumes ont la vie dure et l'habitude est une seconde nature. Aussi ne dites pas : les femmes sont décevantes ; on a beau les inviter à occuper des postes de haut rang, elles déclinent l'offre et s'excusent en disant qu'elles ne sont pas prêtes...

Après des siècles et des siècles de domination masculine, comment voulez-vous qu'elles soient déjà si prêtes ? Il faudra un apprentissage long, pénible et parfois fastidieux. En attendant, l'ombre est là, qui continue de parler sur leur avenir et sur leur devenir.

Publié dans La Nouvelle Tribune (Cotonou) No 177, 29 aouût 2002, p.2.
Inclus sur ce site avec l'autorisation de l'auteur.


[Retour à la page de Gisèle Hountondji ] | [Chronique suivante] | [Page d'accueil]

Editor (jeanmarie.volet@uwa.edu.au)
The University of Western Australia/French
Created: 19-Dec-2007.
http://aflit.arts.uwa.edu.au/Hountondji_chronique3.html